Extraits du livre
« LIBERER L'INTELLECT - LE NOUVEL HUMANISME »
par P.R. Sarkar

SENTIMENTALITÉ ET RATIONALITÉ

En tant qu'êtres humains, nous nous devons d'être rationnels. L'esprit rationnel est un trésor que possède l'humanité et qu'aucun animal ne possède. Ceux qui ont comme bien intérieur l'Amour spirituel et qui se laissent guider dans le monde extérieur par l'esprit rationnel seront victorieux. Eux seuls peuvent accomplir des actions valables dans ce monde.

Le sentiment qui s'attaque le premier au bien intérieur du cœur humain est le géo-sentiment. Il se développe lorsqu'on laisse son sentiment se porter sur un territoire particulier sans se demander si ce que l'on fait est logique ou non. Le sentiment remplace alors l'esprit rationnel et dans la période qui suit s'installe la superstition. Toutes les théories religieuses, économiques, politiques ou sociales s'appuyant sur ce sentiment conduisent directement à la superstition. Les soi-disant religions ont clamé bien haut leurs idéaux mais sont essentiellement mues par le géo-sentiment; elles deviennent alors des réservoirs de superstition, des océans de croyance aveugle. Elles plongent l'humanité dans des marécages de superstitions où le peuple doit se débattre pendant des siècles, freinant son évolution à jamais.

Le géo-socialisme, la géo-religion, la géo-économie etc. qui s'appuient sur le géo-sentiment, non seulement enferment les gens dans leurs limitations mais de plus écartent les communautés les unes des autres. Et -plus nuisible encore- divers groupes deviennent violents l'un envers l'autre, ce qui est extrêmement dangereux pour la civilisation humaine.

Le géo-sentiment est entièrement circonscrit par des frontières géographiques (il se limite à certaines parties de l'espace) tandis que le socio-sentiment se limite à certains groupes. En s'opposant à ces deux sentiments (l'un relatif à l'espace, l'autre aux individus) avec respectivement la rationalité et le principe d'égalité sociale, il est possible d'avancer vers la Subjectivité Suprême.

Le mouvement de la vie intérieure de l'humanité est une affaire tout à fait intime, une question d'Amour, un chemin vers le monde intérieur avec l'Amour spirituel comme pratique et comme vocation. Dans le domaine du rationalisme, les êtres humains n'accèdent à rien de leur vie intérieure; de façon analogue, dans le domaine de l'Amour spirituel, aucun "isme" ne peut établir l'humanité dans l'étal spirituel suprême.

Dans le cas de l'Amour spirituel les êtres humains rayonnent de leur propre splendeur. Ce processus est entièrement intérieur. Pour cela il y a le chemin de l'Amour spirituel, l'esprit d'Amour, et la douce vocation de l'Amour de Dieu, il y a alors seulement deux entités, moi et mon Seigneur. Il n'y a personne pour créer des barrières, personne pour exploiter, personne pour imposer des géo ou socio-sentiments, l'être humain est la seule entité.

Et pour faciliter cette progression vers le Suprême, il faut une perspective et une étude rationnelles.

Nous trouvons dans ce monde différentes variétés de sentiments de groupe et de socio-sentiments. Un petit groupe peut n'être par exemple composé que d'un petit nombre de personnes, que l'on appelle famille. Il y en a de plus grands, comme les castes, les communautés, les tribus et les nations; et derrière tous ces groupes agit la même faiblesse mentale, la même maladie psychique. La conséquence de cette maladie est que l'on se limite à un groupe particulier, et à cause de cette limitation, on souffre de différents complexes.

Ainsi, ceux qui se limitent à un cercle particulier quel qu'il soit, indifféremment de son étendue, sont tous sous l'influence du socio-sentiment.

Il arrive avec le socio-sentiment qu'un certain groupe en exploite un autre, et que ce groupe exploité en exploite un troisième à son tour.

Lorsqu'il n'y a pas de limitation et de confinement de cette sorte, lorsque ce socio-sentiment est transcendé, j'appelle ceci l'humanisme général. Ce n'est pas non plus quelque chose de noble sur quoi s'extasier.

L'exploitation psychique a deux aspects. Elle agit quelquefois seulement sur le plan mental et d'autres fois en partie dans le domaine mental et en partie dans d'autres domaines, économique, culturel, religieux, dans tous les domaines de la vie. C'est pourquoi nous disons que le socio-sentiment est beaucoup plus dangereux pour la société que le géo-sentiment. Mus par le socio-sentiment, les gens oublient leurs propres droits et en oublient même qu'ils sont des êtres humains, qu'eux aussi ont le droit de vivre avec dignité. Le socio-sentiment perpétue ainsi l'exploitation psychique en infusant des complexes d'infériorité chez autrui, et cette exploitation psychique est la base de toutes les autres exploitations.

Lorsque cette exploitation est perpétrée par la force brutale, il s'agit d'exploitation politico-économique et lorsqu'elle résulte d'une stratégie intellectuelle rusée, c'est principalement de l'exploitation psycho-économique.
Quelle que soit la nature de cette exploitation, psycho-économique ou politico-économique, son résultat inévitable est que l'exploiteur non seulement exploite directement ou indirectement le peuple, mais aussi le gouverne.

Lorsqu'un sentiment ne se limite pas à un individu, mais embrasse également autrui, on l'appelle "socio-sentiment". Où s'arrête-il?
L'infini, comme le zéro, n'a pas de rayon. Lorsque vous formez un cercle, son rayon est supérieur à zéro mais inférieur à l'infini; il n'existe qu'à cette condition. L'existence de cette chose n'a de sens que si son rayon est supérieur à zéro et inférieur à l'infini. Sinon, elle peut avoir une existence théorique mais non réelle.
Le sentiment familial est également un socio-sentiment mais de très petit rayon. Celui du sentiment de caste est plus grand et ceux du sentiment communautaire, du sentiment national, du sentiment international, etc. encore plus grands.

Si nous élargissons maintenant cette circonférence au-delà du nationalisme ou de l'internationalisme, et que ce sentiment embrasse toute l'humanité, on appelle cela l'humanisme, ou encore, l'humanisme ordinaire, ou général.

Est-ce la panacée à tous les problèmes, la réponse à toutes les questions? Non, et ceci pour deux raisons. La première est que même avec l'humanisme il y a encore des conflits intra-humanistes; et deuxièmement, les humains ne sont pas les seuls êtres vivants dans le monde; il y a en fait beaucoup d'autres créatures. Si les gens les ignorent totalement, cela ne créera peut-être aucun grand conflit, car ces créatures non humaines ne sont pas développées psychologiquement, elles sont développées physiquement mais non mentalement. Il est donc facile pour les êtres humains de détruire les mondes animal et végétal. Mais cette destruction perturbera la nourriture, habillement, éducation, logement, et soins médicaux, l'équilibre écologique entre les règnes végétal, animal et humain, et ce sera une catastrophe pour la vie humaine.

Dans les sociétés humaines les plus grandes, sous une forme ou une autre il y a différentes divisions sociales, directes ou indirectes. Il y en résulte que le conflit intra-créature et en parallèle avec lui le conflit inter-créature se répand. Et dans ce conflit entre les créatures, les êtres humains ont complètement oublié la valeur existentielle des autres créatures.
C’est pourquoi on ne peut accepter l'humanisme comme voie idéale vers la perfection. Les êtres humains devront s'efforcer de progresser avec cet unique idéal devant eux : "Nous n'avons toujours pas atteint le but. Continuons!" Nous devons toujours aller au-delà des limites du sentiment. Nous y trouverons sans aucun doute une aube encore plus radieuse et resplendissante.

En expliquant l'humanité et l'humanisme sous un jour nouveau nous élargissons le chemin de l'évolution humaine, nous le rendons plus facile à parcourir. Le Nouvel humanisme donnera une inspiration neuve et fournira une nouvelle interprétation au concept même de vie humaine. Il permettra aux êtres humains de comprendre qu'étant les êtres les plus réfléchis et intelligents de cette création, ils doivent accepter la grande responsabilité qu'est de prendre soin de l'univers entier. Ils devront se rendre compte que cette responsabilité repose entre leurs mains.

Il y a donc d'abord la spiritualité comme pratique, deuxièmement la spiritualité comme principe et troisièmement la spiritualité comme vocation.
Les phénomènes existentiels émanent tous du noyau existentiel. Celui d'un simple individu est directement relié au Noyau cosmique, qui contrôle l'ordre cosmologique. Selon le Nouvel humanisme, le but final et suprême est de faire coïncider le noyau existentiel individuel avec le Noyau existentiel cosmique; l'existence individuelle toute entière se fond alors avec le noyau régisseur de l'ordre cosmologique: c'est là la plus haute expression du Nouvel humanisme.

Cet achèvement néo-humaniste permettra de sauver non seulement le règne humain mais également les règnes animal et végétal. L'humanité universelle atteindra à travers cet état néo-humaniste suprême, l'accomplissement de son existence.